• Résultat de recherche d'images pour "féminin sacré"

    La féminité a toujours été un concept problématique pour moi. Petite, je ne comprenais pas trop ce que ça voulait dire, ce que ça englobait. Et puis j’avais des informations contradictoires. D’un côté, il fallait que je sois jolie pour plaire aux garçons de mon âge et d’un autre côté,  il  était plus important de devenir intelligente que jolie pour avoir un bon métier et être une femme libre.

    Parce que bien-sûr, une jolie fille ne pouvait pas être intelligente. Et une fille intelligente ne pouvait pas tout avoir (la beauté en plus !).

    Alors, après quelques déboires amoureux au collège, j’ai décidé que je serais plutôt intelligente que jolie ! Et alors (inconsciemment), je me suis « masculiniser » : sports physiques (barque, volley), cheveux courts, jean et bombers, chaussures plates et très peu de maquillage.

     

    J’ai fait mes études en me souciant plus du regard des autres que de moi-même, en ne m’aimant pas  et en pensant que je ne méritais pas l’amour. Du côté scolaire, j’aurai pu être satisfaite de moi (bac + 3 sans redoubler et réussite du concours de professeur des écoles du 1er coup), mais on me disait que je réussissais parce que j’avais de la chance ! Donc même de ce côté-là, je n’étais pas spécialement fière de moi.

     

    Plus tard,  une fois enseignante et mariée, ce n’est que lorsque j’ai accouché de mon fils, que j’ai eu un déclic : c’est moi, pauvre petite chose sans grande valeur,  qui avait créé cet être vivant ! Et je pouvais en recréer si je le souhaitais et ils seraient tous unique et tous différent.

    J’étais une merveille de la nature, une déesse créatrice

     Ce sentiment n’a pas duré longtemps, car n’ayant toujours pas accepté ma féminité, j’ai eu des difficultés à faire face à la maternité. Je me sentais seule et désemparée. Je l’ai allaité durant 6 mois par conviction, mais je me suis épuisée et étouffée toute seule à tout gérer sans prendre de temps pour moi. 

     

    Quand j’ai eu ma fille, même topo, à l’instant même où elle est sortie de mon corps, j’ai ressenti un « moment de grâce ». Comment avais-je pu créer un être aussi parfait ? J’ai vécu ma maternité de façon plus épanouie, car je savais désormais que j’en étais capable et je ne ressentais pas ce besoin de guidance (par d’autres femmes) qui m’auraient bien aidé la première fois.

     

    Et là, le fait d’avoir une fille m’a fait réaliser que je me devais d’éclaircir les choses dans ma tête. Je voulais lui donner un beau modèle féminin. 

     

    Puis fin 2012, je ressens l’envie d’écrire un blog pour partager toutes mes expériences concernant l’alimentation et le mode de vie Green. Et de fil en aiguille, de lecture en expérimentation, j’ai réussi à mettre le doigt sur un élément qui me semble essentiel pour être heureuse : être en paix avec ma féminité !

     

    Ce sujet me passionne, me transcende. C’est pourquoi, vous trouverez dans cette nouvelle rubrique des articles qui je l’espère vous aideront à vous reconnecter à votre féminin sacré.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique