• L'alimentation vivante

    Connaissez-vous l'alimentation vivante? Il s'agit de manger des fruits, légumes et oléagineux crus, car les aliments cuits perdraient toute leur énergie bienfaisante pour notre corps.

    Bien sûr le laitage et le gluten sont exclus de cette alimentation. La viande également car elle est remplacée par des graines germées beaucoup plus protéinée que la viande elle même.

    J'ai trouvé sur le net un reportage génial. Il s'agit de la conversion d'un jeune homme à l'alimentation vivante. Il est coaché par Irène, 80 ans passé, une pêche d'enfer et une claire voyance épatante.

    Elle explique beaucoup de choses intéressantes et notamment qu'avant la guerre de 39-45, les familles mangeaient de la viande une fois par semaine et aucun laitage quasiment. Et que c'est après la guerre que les recommandations officielles ont préconisées de manger de la viande et des produits laitiers chaque jour.

    Pour elle, toutes les maladies actuelles (dépression, diabète, maladie d'alzeimer...) sont dûes à l'alimentation industrielle, morte. Elle compare notre corps à une poubelle dans laquelle les microbes se sentent bien! Elle dit qu'il faut nettoyer notre corps  et tout changer en mangeant autrement! 

    Notre corps est composé de deus tiers d'eau. Pour une personne de 60 kg, elle a 40 litres d'eau dont 5 litres seulement de sang. Et les 35 autres litres d'eau? Où sont-ils? Qui sont-ils? on en parle jamais! Les anciens les appelaient "les humeurs". C'est dans cette eau que sont stockées les toxines (médicaments, tabac, acides...). Irène l'appelle le "dépotoire", car le corps y dépose tout ce qu'il n'a pas réussi à éliminer par les urines ou les selles. Et tout ces détritus seraient à l'origine des dépressions, accès de violence, énervement....

    Personnellement ce reportage me parle beaucoup. J'ai du mal à me restreindre en fruit dans le régime paléo. Je ne sais pas si c'est parce que je suis une femme ( beaucoup de blogs paléo sont tenus par des hommes assez sportifs) mais je pourrais facilement réduire ma consommation de viande, alors que je ne pourrais pas me passer des fruits!

    S'il vous plait, regardez ce reportage, il pourrait changer votre vision des choses! J'attends vos commentaires...

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 4 Septembre 2013 à 10:53

    Ca me fait penser aux gens qui suivent un régime crudivore. L'idée est séduisante mais après, l'appliquer tous les jours, je sais que je ne pourrais pas.

    En fait je crois qu'il faut trouver aussi son propre équilibre dans les modes d'alimentations qu'on nous propose. Ceux qui disent pas de lait, pas de ci pas de ça, j'ai un peu envie de dire, à chacun son individualité. C'est aussi pourquoi paléo (enfin, certains), disent que la question du lait reste une "case grise". C'est en fonction de notre tolérance biologique ou non au lactose. Ca fait un bout de temps que je ne bois plus de lait "liquide" non pas parce que je me l'interdis, mais tout simplement, j'en ressens pas le besoin. Le fromage par contre, c'est une autre histoire. Je ne l'arrêterai jamais, mais niveau quantité c'est comme pour la viande et tout le reste : avec modération. Je crois que l'équilibre doit se retrouver en toutes choses .

    J'ai encore un cas vivant : mon très cher homme, adepte de la cardio intensive, très bien bati, très peut de masse grasse dans tout les cas, à voulu se mettre un peu à faire paléo comme moi : Ca lui a pas convenu, il brûle bien trop de glucides, frôle toujours les hypoglycémies sur ses sorties de 10km en course à pied. Quand il a coupé net ses habitudes (choco au lait le matin, féculents le midi), ça l'a juste fracassé ! 

    Et hier, après encore avoir frôlé l'hypoglycémie, il m'a dit qu'il avait besoin de remanger du "solide" . Je lui ai fait une poellée de patates sautées hier soir, il s'est jeté dessus en + de son blanc de poulet. Ce matin il s'est plaint d'avoir encore un peu mal au bide. En fait il se rend pas compte qu'il est en état transitoire à faire 50% paléo 50% n'importe quoi, et qu'en plus, quand il reprend des féculents/ou pâtes, c'est pas à petite dose, donc le corps doit réagir violemment. 

    Je lui ai expliqué que s'il suivait paléo sérieusement, et qu'il augmentait sa dose de glucide surtout les jours de course intense, il n'y aurait pas d'hypoglycémie. Mais comme tout les bonhommes... Il le fait une fois, et après, ne s'y tiens pas !

    Du coup, obligée par moments de devoir faire 2 repas différents :/, mais ça reste rare, il mange quand même la plupart des choses que je lui fait.

    2
    Mercredi 4 Septembre 2013 à 11:30

    Pas facile la gestion de nos hommes et de nos enfants! Mais je commence à penser que les hommes et les femmes n'ont peut-être pas les mêmes besoins...j'étudie la question!

    3
    stefyy
    Mercredi 4 Septembre 2013 à 20:09

    Moi en tant qu'homme, je trouve que le paléo me fait vachement maigrir!

    Déjà qu'à la base je suis (trop?)mince, c'est encore plus compliqué, mais je me vois mal abandonner....

    4
    BarbWoz
    Mercredi 4 Septembre 2013 à 21:21
    Juste un mot au sujet des fruits.

    Je n'aimais pas ça avant de passer paléo.
    Je m'y suis mise avec le paléo, surtout parce que j'étais sujette aux hypoglycémies, et j'ai finalement trouvé ça plaisant (mon mari en a été surpris !)

    Mais maintenant que je trouve petit à petit mon propre rythme paléo... Je n'éprouve plus ni l'envie ni le besoin d'en manger ! Mon naturel (d'avant) revient au galop ! ;-)

    En revanche, je ne céderai pas sur le chocolat, mais on en a déjà parlé ! ;-p

    Si ce témoignage peut t'aider sur ton enquête quant à la différence homme/femme... ;-))

    Quand on peut rendre service !
    Allez, bises :-)

    Et merci pour le lien, j'irai voir ça bientôt !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Jeudi 5 Septembre 2013 à 11:41

    Déjà qu'il a une masse de gras très sèche (il est autour des 10% de gras), et qu'il est grand (1m92), il s'agit qu'il ne perde pas plus qu'il ne devrait, du coup je compense pour lui : je peux pas lui servir un protocole trop strict point de vue féculents. 

    Depuis que c'est requalibré comme ça, il tient mieux ses journées. Mais une femme sera jamais égale à un homme génétiquement, déjà parce qu'on a une capacité à stocker le gras bien plus forte qu'eux (nos cellules adipeuses sont pas foutues pareilles, nous ça fait des batonnêts longs, le tissu adipeux est à la verticale, eux  à peine quelque chose d'ovale, car le tissu est croisé, du coup le gras a plus de difficulté à s'y loger).

    Le tout c'est vraiment d'adapter en fonction de son individualité (ça revient au cas des gens qui supportent le lactose ou non, donc ceux qui peuvent s'autoriser du fromage dans paléo par exemple). N'empêche que dans le fond, même pour lui, faut quand même qu'il fasse gaffe à un trop plein de féculents. je préfère lui refiler des lentilles qui ont quand même un IG bas.

     

     

    6
    Jeudi 5 Septembre 2013 à 21:41

    Whaou patachoux, tu es callée en anatomie! Je ne savais pas tout ça! Ce qui est sûr c'est que les hommes perdent beaucoup plus vite du poids que les femmes! C'est trop injuste...

    Du coup, peut-être que nous n'avons pas les mêmes besoins alimentaires: eux plus protéinés et nous plus glucidiques (mais à index glycémique bas!). En tous cas, si il y a une chose dont mon mari ne pourrait pas se passer c'est la viande, alors que moi c'est les fruits! Il faut parfois écouter son instinct n'est-ce pas?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :